Modification importante de la loi sur les sociétés de capitaux


Le 24 décembre 2014, la loi 31/2014 est entrée en vigueur, modifiant la loi sur les sociétés de capitaux qui concerne tous les types de sociétés.

Essentiellement, avec cette modification législative, ce qui est proposé est une série de mesures visant à moderniser et à améliorer la gouvernance d'entreprise des sociétés de capitaux.

Les trois principaux blocs dans lesquels s'articule cette réforme sont l'assemblée générale des actionnaires, l'administration de la société et la rémunération des administrateurs.

En ce qui concerne la Assemblée générale, La loi vise principalement à renforcer son rôle en général et à encourager la participation des actionnaires. Pour cela, le Conseil aura compétence, entre autres:

  • de convenir de l'acquisition, de la vente ou de l'apport à une autre société d'actifs essentiels (il sera indispensable lorsque leur valeur excède 25% des actifs figurant au dernier bilan approuvé).
  • en cas de conflit d'intérêts entre associés, interdire le vote aux actionnaires qui pourraient en bénéficier.
  • Si la demande d'informations d'un partenaire ne la juge pas nécessaire ou a des fins extra-sociales, elle accordera à l'Administrateur le pouvoir de ne pas répondre à une telle demande.

Il est important de noter que le date limite pour contester les accords adopté au Conseil, il passe de 40 jours à un an.
Sur la administration de l'entreprise, les amendements à la loi sont davantage axés sur les sociétés cotées, insistant sur la transparence dans les organes de gouvernance, l'indépendance, la participation et la professionnalisation des administrateurs.

  • Dans le domaine de Administrateur, les devoir de diligence et devoir de loyauté . Également en expansion, la responsabilité, non seulement de l'administrateur de la loi, mais aussi de l'administrateur en fait.
  • par rapport à pouvoirs du Conseil, il est obligatoire de se réunir une fois tous les trois mois. Les pouvoirs du conseil qui ne peuvent être délégués sont également énumérés dans la loi.

Enfin, et en ce qui concerne la rémunération des administrateurs,il s'agit avant tout d'une plus grande transparence, de rémunérations en adéquation avec les montants du marché et qui sont une image fidèle de l'évolution de l'entreprise.

Ce sont à peu près les trois aspects les plus importants dont traite la nouvelle loi. Dans les prochains articles, nous aurons l'occasion d'approfondir des aspects plus spécifiques. L'importance de la réforme le mérite car elle affectera toutes les sociétés commerciales espagnoles. (Photo: Pixabay)

Auteur de cet article

Manuel Pomares, est avocat et associé directeur du cabinet Pomares Abogados. Spécialiste en droit commercial-corporatif, de la faillite et bancaire ...



Vidéo: Cours droit des sociétés n 25


Article Précédent

23 Campagnes publicitaires auxquelles nous devons prêter une grande attention

Article Suivant

Ville intelligente humaine et saine